Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 juillet 2011 3 13 /07 /juillet /2011 12:00

     L'Emei Shan est l'une des 4 montagnes les plus sacrees de Chine. Elle se situe dans la province du Sichuan, pres du village de Baguo qui marque le depart d'une longue randonnee jusqu'au sommet.

  

     Nous sommes le 7 juin et c'est aujourd'hui une belle journee de printemps : un ciel bleu barre seulement de quelques petits nuages blancs. Notre droit d'entree paye, nous entamons notre lente ascenscion. Le soleil tape fort et il fait chaud malgre la vegetation dense... Une vegetation abondante, quasi tropicale, sous un climat chaud humide, des chants varies d'oiseaux et d'insectes inconnus : un retour au Costa-Rica!

 

170 : Vegetation luxuriante, Emei Shan

 

     Le sentier par contre n'a rien de pittoresque! Ce chemin de "pelerinage", frequente par des milliers de touristes chinois, est borde par une quantite d'echopes diverses : magasins de souvenirs, de the ou de champignons locaux, restaurants, snacks et autres ravitaillements. Les vendeurs nous interpellent en criant "Water, Water". Les prix atteignent le double de ceux pratiques en ville. Sophie et moi sommes cependant equipes pour eviter ces pieges touristiques : tente et duvets pour ne pas payer le gite dans les monasteres, nouilles deshydratees et rechaud a essence, tablettes de purification de l'eau. La contre-partie, c'est le poids du sac et les regards interrogateurs des Chinois qui montent en claquettes, les mains dans les poches.

 

Comment ca? En claquette sur un sentier de montagne?! C'est qu'il faut preciser a quoi ressemble ce "sentier". Un escalier, un tres long, tres tres long escalier. Pres de 50 km! Depuis le village jusqu'au sommet, cela ne s'arrete pas! La succession interminable de marches use autant le moral que les mollets. Par moment, je me concentre uniquement sur le rythme lent de mon baton en bamboo qui sonne creux sur les dalles en pierre.

 173 : Toujours cet escalier, Emei Shan

169 : Un escalier interminable, Emei Shan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Mais oublions plutot ces quelques desagrements pour nous concentrer sur la beaute du lieu. Nous progressons dans un univers montagneux et verdoyant. Malgre la haute frequentation du site nous pouvons gravir de longues sections sans croiser personne. Les temples et monasteres boudhistes que nous rencontrons regulierement ajoutent une touche de spiritualite. Certains diffusent a l'aide de haut-parleurs caches dans la foret une ensorcelante musique de prieres.

 

179 : Temple, Emei Shan

174 : Emei Shan 

     A la fin de la premiere journee, nous nous arretons camper dans un coin tranquile. Nous fermons bien la tente car le serpent croise peu avant inquiete Sophie.

 

175 : Serpent, Emei Shan

 

     Il est tot le matin quand nous reprenons la marche, toujours au rythme regulier du bamboo. Nous ne tardons pas a atteindre un parking ou des autobus deposent foule de touristes. L'ambiance change radicalement et nous n'aimons pas. Mais le pire, ce sont les singes! Ces animaux ont ete detournes de leur etat sauvage pour servir d'attraction. Les "Pinpins" (variete de touristes la plus repandue) achetent de tout et n'importe quoi, du paquet de biscuits a la brique de lait, pour les lancer aux singes sans meme prendre la peine de retirer l'emballage au prealable. Le but etant d'immortaliser l'instant par une photo amusante. Il y a bien quelques panneaux "Don't feed the monkeys", mais personne pour faire respecter la regle. Il en resulte une trop grande accoutumance des singes a l'Homme et une agressivite demesuree quand ils n'obtiennent pas ce qu'ils veulent. On a meme vu un homme descendre d'un bus avec un sachet de nourriture. Un singe fait mine de le lui prendre alors l'homme leve le bras pour le mettre hors de portee. Ni une, ni deux, le singe saute sur l'homme, s'accroche a sa chemise et grimpe ainsi jusqu'a atteindre l'objet de ses desirs pour s'enfuir avec.

 183 : Singe, Emei Shan

178 : Singe, Emei Shan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Ces scenes sont navrantres et participent a nous laisser penser que nombre de touristes n'ont pas une once de jugeotte. Et ce ne sont pas ceux qui payent les services de porteurs qui nous en donneront une meilleure opinion.

 

176 : Oh les faineants, Emei Shan

 

     Deux heures plus tard nous atteignons le sommet qui baigne dans la brume. Au centre une imposante statue boudhiste a plusieurs visages trone sur des elephants a 6 defenses. Devant les temples brulent d'enormes batons d'encens. L'endroit est calme et apaisant. Nous en profitons pour un apres-midi de repos.

 171 : Encens, Emei Shan

180 : Au sommet, Emei Shan

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Le soir venu nous redescendons un peu pour planter la tente. Je me reveille cependant a 5h00 pour remonter voir le lever de soleil. C'etait sans compter sur l'epais brouillard qui cache toute possibilite de vue. Seules les flammes des bougies devant les temples percent l'obscurite. Quelques pelerins marchent en file indienne autour de la statue. Ils chantent des prieres qui resonnent dans le silence de la montagne. Ambiance magique!

 

182 : Au sommet, Emei Shan

 

     Pour la descente nous empruntons un autre itineraire moins frequente qui longe de grandes falaises et passe a proximite de cours d'eau et de petites cascades. Il bruine toute la matinee mais cette fraicheur n'est pas desagreable.

 

184 : Emei Shan

186 :Emei Shan187 : Emei Shan 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     Descendre les escalier se revele encore plus fatigant que les monter. Mais nous ne sommes pas les plus a plaindre car nous croisons de vieilles femmes qui toutes les trois marches s'agenouillent et posent la tete au sol en signe de priere. De vraies pelerines!

 

     Nous pensions rentrer au village dans la journee mais la nuit nous rattrape et nos genoux faiblissent.  Nous posons alors notre tente une troisieme fois et parcourons les 10 km restants le lendemain matin.

Sacree montagne que l'Emei Shan. Autant de plaisirs que de mauvaises surprises! Elle nous auras aussi laisse un joli cadeau : trois jours de courbatures!!! 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Deux tortues en voyage
  • : Avec nos sac à dos comme des maisons de tortues et le temps d'être lents, nous nous lançons dans un voyage en direction de l'Inde. A travers l'Europe du Nord, la Russie, la Mongolie et quelques autres pays, voici nos photos et nos morceaux de récits (Yannick). Pour se déplacer, tous les moyens sont bons : à pied, en stop, en train, à cheval, en yack, en pédalo ou en luge..... tout est permis sauf l'AVION!!!! (Sophie).
  • Contact

En route...

Avec nos sac à dos comme des maisons de tortues et le temps d'être lents, nous nous lançons dans un voyage en direction de l'Inde. A travers l'Europe du Nord, la Russie, la Mongolie et quelques autres pays, voici nos photos et nos morceaux de récits (Yannick).
Pour se déplacer, tous les moyens sont bons : à pied, en stop, en train, à cheval, en yack, en pédalo ou en luge..... tout est permis sauf l'AVION!!!! (Sophie).

Recherche

Catégories