Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 09:01

     Une grande traversee de la Russie, de la  frontiere finlandaise a la frontier mongole, en passant par Saint-Petersbourg, Moscou, Omsk, Okunevo, Irkutsk et l'Ile d'Olkhon. Un pays gigantesque, mais surtout un pays "charniere", un couloir de transition entre l'Europe et l'Asie.

 

    Au debut, a St-Petersbourg, les differences avec les pays precedement visites sont minimes. Certes l'architecture change, l'alphabet est radicalement different, les rues un peu moins bien entretenues... Mais ca reste l'Europe du fait du grand nombre de touristes qui peuple en permanence la ville.

    A Moscou par contre, on commence  a se poser des questions: difficile de trouver quelqu'un qui parle anglais, les gens s'habillent autrement et l'ambiance generale prend une autre forme, pas toujours rassurante d'ailleurs.

    Dans les petits villages tels que Okunevo on s'apercoit que les gens vivent de presque rien et n'ont parfois meme pas acces a l'eau courante.

    Dans le train ralliant Omsk a Irkutsk, notre wagon est peuple de Ouzbeks qui nous devisagent comme des betes curieuses. Une petite photos juste pour voir nos compagnons.

 

097 : En compagnie d'Ouzbeks, Transsiberien

 Ils nous font gouter quelques specialites, notamment un fromage que l'on pourrait tres bien trouver dans les yourtes mongoles.

    Et que dire du grand marcher d'Irkutsk? Ce n'est plus la Russie, c'est la Chine. Nous sommes les deux seuls blancs a evoluer a travers les longs etalages de produits de contre-facon!

 

     Un avant-gout de ce qui nous attend pour la suite!

Partager cet article
Repost0
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 07:51

Assis dans un petit minibus, nous partons vers 9h d'Irkutsk pour rejoindre l'ile d'Olkhon. Situee au sud de la siberie, Olkhon est la principale ile du lac Baikal, ce geant long de 630 km. Sur la route, les paysages defilent, le caractere urbain laisse place aux grandes forets, puis tout devient plus desertique, nous voici au milieu de steppes etendues. Finie la route asphaltee, nous roulons maintenant sur une piste caillouteuse. Le minibus se lance ensuite sur le lac gele, puis nous retrouvons la piste de pierres sur l'ile. Il fait chaud, tres chaud derriere les vitres du vehicules chauffees par le soleil (et par le chauffage mis au max...). Tel un oignon, je retire petit a petit mes couches d'habits. Comment font toutes les autres femmes pour garder bonnets et manteaux en fourrure? Pire que le banya! Est-ce cette chaleur ettoufante et les secousses du vehicule, les shouters de vodka de la veille ou le fait d'etre partie le ventre vide qui me rend si mal? Il est temps d'arriver!

Whaou, qu'il est bon de sentir le vent glace sur mes joues en sortant! Sous les bons conseils de Serguei, le couhsurfeur qui ne peut pas nous accueillir en ce moment, nous nous installons a l'auberge en bois de Nikita. Pour la premiere fois depuis notre debut du voyage, nous payons pour dormir. Pour la premiere fois egalement depuis que nous avons quitte la France, nous cotoillons beaucoup de Francais! Nous qui nous imaginions etre les seuls voyageurs sur l'ile, c'est rape!

141 : Le gadien de notre porte chez Nikita, ile d'Olkhon 140 : Ile d'Olkhon

 

Mais l'ile est grande, le Baikal aussi d'ailleurs...  Nous prenons rapidement l'air, c'est magnifique. Tandis que Yannick ne peut s'empecher de gravir la montagne sacree, un local vient me faire la causette. J'ai beau tenter lui faire comprendre que je ne parle pas russe, il persevere, l'haleine aux douces effluves d'alcool. Il tient a nous faire faire un tour de voiture sur le lac. Pas de bol, nous preferons nos jambes pour se deplacer! 

108 : Vous le voyez mieux? Ile d'Olkhon

Nous allons ensuite rendre visite a Serguei, le sonneur de cloches de l'eglise d'Olkhon. Pour annoncer notre arrivee sur l'ile, il nous propose de sonner les carillons. Je me lance la premiere, mais je suis bien incapable de reproduire le rythme pourtant "de base"! Yannick prend le relais, il se debrouille comme un chef. Serguei nous fait visiter l'eglise puis nous invite a entrer chez lui pour partager le the accompagne de "suchki", petits gateaux du pays. Il est agreable de converser en francais (Serguei a vecu a Paris). Nous en apprenons un peu plus sur l'ile, sur la Russie et parlons de Sylvain Tesson, le voyageur fou que Serguei a rencontre. Si ce nom ne vous dit rien, allez fouiner dans une bibliotheque ou sur le net...

111 : Ile d'Olkhon

Le lendemain, nous optons pour une excursion jusqu'au nord de l'ile. Nous decouvrons d'abord les grottes de glace, ou il faut ramper sous les stalactites pour decouvrir des merveilles formees par le rocher, l'eau et le vent.  


114 : Ile d'Olkhon

 

135 : Formation par le vent, lac Baikal

Plus nous parcourons des kilometres sur le lac, moins la glace est recouverte de neige. Une drole de sensation de se retrouver sur la plus grande reserve d'eau douce liquide du monde. Enfin "liquide" sous le metre de glace bien solide actuellement. Cependant, nous entendons regulierement des craquements sous l'effet de notre poids!

122 : Jump sur le Baikal

 

A regarder sous nos pieds, nous avons presque le vertige. Les eaux sont noires tellement les profondeurs sont immenses. De temps en temps, la glace a recouvert de la neige. Belles et curieuses oeuvres d'art!

 

130 : Neige sous la glace, lac Baikal

 

     Le lendemain matin nous quittons l'auberge de Nikita pour une petite aventure de deux jours et demi dans le froid siberien. Ce modeste projet me tenait a coeur, et meme les recommandations vis a vis des loups n'auraient pu m'empecher de partir. Le sac sur le dos, nous partons donc de bon matin, bien equipes contre le grand froid et le soleil eblouissant.

142 : Rando de 2 jours et demi, Ile d'Olkhon

     Nous suivons la cote en direction du nord. Au dessus de la surface du lac, de grandes lames de glace se sont soulevees. Le fort vent d'Olkhon et les quelques chutes de neiges leur ont donne des formes arrondies, si bien que l'ont pourrait croire une mer dechainee figee par le froid. Parfois nous marchons entre ces vagues blanches commes des dieux qui auraient arrete le temps.

     Nous longeons la cote toute la journee. les paysages sont splendides et deserts. Un chien nous aboie dessus, une vache nous charge, mais d'humains, nous n'en voyons point... Et c'est tant mieux!

143 : Rando de 2 jours et demi, Ile d'Olkhon

     Nous atteignons un petit village qui semble desert, a l'exception de deux ou trois cheminees qui fument. Il nous faut une heure de plus pour atteindre la pointe du grand cap qui trempe son nez dans les eaux froides du Baikal. C'est ici que nous etablissons notre campement sous un vent a deraciner toute la Taiga. Le soleil nous salue avant de se coucher.

149 : Notre petit campement

     La nuit par -25 degres se supporte finalement pas si mal. Un peu froid aux pieds tout de meme. Mais le plus important est de garder danc le sac de couchage toutes les affaires qui pourraient eventuellement geler dans la nuit: l'eau, la nourriture et peut-etre meme les chaussures.

     Le jour suivant, notre randonnee se poursuit dans la foret aux loups. Il y a toujours quelque chose de solennel quand on penetre dans une foret telle que celle-ci. Elle abrite un animal noble qui peut nous voir sans meme que nous puissions le deviner. Ce genre de foret est pleine de secrets qui se chuchotent autour de nous, aux rythme de nos pas.

151 : La foret aux loups, peureux! Rando de 2 jours et demi, Ile d'Olkhon

     Nous passons une deuxieme nuit sous la tente avant de revenir sur nos pas. Au retour nous marchons plus souvent sur la piste principale. A deux reprises nous croisons une voiture dont les passgers ouvrent des yeux tout ronds a notre vue : deux touristes perdus ici en plein hiver?!

152 : Rando de 2 jours et demi, Ile d'Olkhon

Partager cet article
Repost0
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 05:39

     Vers 20h00, Paul, que nous ne connaissons pas encore, passe nous prendre la ou nous logeons. Il recupere un peu plus loin deux autres filles. En route! Nous avons 250 km a parcourourir (une broutille a l'echelle de la Russie!). Le conducteur prononce un mantra hindou cense lever les barrieres de la route. Le ton est donne, le week-end ne sera pas banal! Le trajet est gai, tout en musique. A mes pieds, un sac de victuailles pour combler les petits creux. Succulents ces chaussons au poisson et a la moutarde!

     Quelques heures plus tard nous penetrons dans le petit village d'Okunevo et la voiture s'immobilise devant un grand portail colore. Trois mots sont inscrits en Russe : Verite, Simplicite, Rire.

086 : Portail de nos hotes, Okunevo

     Un petit homme avec un bonnet plat et une longue barbe noire vient ouvrir. Derriere lui apparait un geant qui affiche  un large sourire, revelant ainsi les deux dernieres dents qu'il lui reste... toutes deux pourries! Ce simple d'esprit sent mauvais et ressemble a un personnage tout droit tire des comtes de fees, un gentil ogre un peu stupide!

    La voiture est dechargee, les courses rangees. Nous sommes maintenant tous assis autour d'une petite table basse, une grande tasse de the chaud dans les mains. Le logis est petit: une piece commune et deux chambres reduites a l'espace d'un grand lit chacune. Sur tous les murs des ecritures sanscrites et des icones de l'hindouisme. Dans un coin un petit autel repand une forte odeur d'encens.

087 : Autel chez nos hotes, Okunevo 088 : Autel chez nos hotes, Okunevo

 

    A l'exterieur se trouve un petit jardin, et au fond de celui-ci une petite maison en bois : c'est le Banya. Le mot pourrait faire penser au "Bagne", certaines tortures infligees a l'interieur egalement!!! Mais il n'en est rien, il s'agit en fait de l'equivalent du sauna en Russie.

    Les filles en reviennent vers 3h00 du mat', Paul me fait signe que c'est a notre tour. Nous traversons le jardin en calecon et t-shirt: il fait -20 °C! La porte de la cabane ouvre sur une premiere petite piece humide et froide qui sert de vestiaire. A poil! Le voyage casse toutes les barrieres, la pudeur est oubliee. La deuxieme porte donne acces a la piece chauffee par un enorme poele a bois au creux duquel sont placees des pierres brulantes. Nous nous asseyons sur un grand banc sur-eleve. La temperature monte tres vite en particulier quand Paul jette de l'eau parfumee d'huile essentielle sur les roches chauffes a vif! Ma peau et mes narines brulent. L'odeur de pin est puissante, presque ennivrante. J'essaye de suivre la discussion et de repondre aux questions que me pose mon voisin mais je me sens trop mal pour bien faire. La chaleur excesssive me rend nauseux... Par chance arrive le moment de sortir!

    Tout nu dehors, j'attrape de grande poignee de neige que je jette sur mon corps. Cela ne semble pas suffisant aux yeux de Paul : il me saisit et me frictionne le dos avec la neige. Des milliers d'aiguilles qui percent ma peau. C'est froid et brulant a la fois! Retour a l'interieur pour l'etape suivante.

     A peine remis de cette experience que l'on m'invite a m'allonger sur le banc. A l'aide d'un petit fagot de fines branches de bouleau, Paul entreprend de me fouetter le corps. Il commence par les fesses,  le dos, les jambes , la plante des pieds, et les bras. Regulierement il trempe son ustensile de torture dans l'eau bouillante! "are you ok?". Je laisse echapper un rale qui ressemble a un "ouaih' sans conviction. Quand il me dit, toujours en anglais, "change", je pense que c'est a moi de le fouetter... Point du tout! Il faut juste que je change de cote et que je m'allonge donc sur le ventre! La violence continue. Quelle impression surprenante quand il m'attrape les couilles a pleine main pour me fouetter entre les cuisses!

     Une nouvelle session dans la neige, puis quelques exercices de jambes et nous pouvons enfins passer au lavage du corps, ce qui est quand meme le but principal!. En effet beaucoup de gens du village n'ont que ce moyen pour se laver, ils utilisent le banya une fois par semaine. Une demi-heure plus tard, quand je bois ma tasse de the chaud autour de la table basse, dans la petite maison confortable, je me sens finalement tres bien. Detendu et vivifie!

     Pour la petite anecdote, le lendemain en retournant au Banya, je fais une erreur de bassine et me rince la tete avec de l'eau bouillante. Jolie brulure du crane! Quelques jours apres ma peau part en lambeaux!

 

     La jounee du samedi nous offre le plaisir d'une petite balade dans la nature environnante. Nous sommes a l'oree de la Taiga, immenses forets siberiennes melees de marecages.

091 : Taiga, Okunevo

     Paul nous invite a nous coucher dans la neige pour capter les "good energies". Il est comme ca, plein d'excentrismes, parfois un peu etrange!

090 : Captage des

     Le soir, nous aurons notre derniere surprise : une ceremonie hindouiste. Une vingtaine de personnes du village se reunissent dans un petit temple. Tout le monde porte autour de la taille un grand foulard. Nous nous asseyons, en tailleur ou a genoux, dans la petite piece. Les chants et cantiques s'enchainent les uns apres les autres, rythmes par le son des djembes et autres instruments. Je ne comprend pas grand chose mais je laisse la musique me gagner et me prete au jeu... autant vivre l'experience a fond!

     Le lendemain nous reprenons la route vers Omsk. Un week-end vraiment interessant, mais un peu fou! 




Partager cet article
Repost0
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 04:44

 

En ce temps-là j’étais en mon adolescence
J’avais à peine seize ans et je ne me souvenais déjà plus de mon enfance
J’étais à 16.000 lieues du lieu de ma naissance
J’étais à Moscou, dans la ville des mille et trois clochers et des sept gares
Et je n’avais pas assez des sept gares et des mille et trois tours
Car mon adolescence était si ardente et si folle
Que mon cœur, tour à tour, brûlait comme le temple
d’Éphèse ou comme la Place Rouge de Moscou
Quand le soleil se couche.
Et mes yeux éclairaient des voies anciennes.
Et j’étais déjà si mauvais poète
Que je ne savais pas aller jusqu’au bout.

065 : Place Rouge, Moscou

063 : Cathedrale de la Place Rouge, Moscou

 

Le Kremlin était comme un immense gâteau tartare 
Croustillé d’or,
Avec les grandes amandes des cathédrales toutes blanches
Et l’or mielleux des cloches…

 

 

 


Un vieux moine me lisait la légende de Novgorode
J’avais soif
Et je déchiffrais des caractères cunéiformes
Puis, tout à coup, les pigeons du Saint-Esprit s’envolaient sur la place
Et mes mains s’envolaient aussi, avec des bruissements d’albatros
Et ceci, c’était les dernières réminiscences du dernier jour
Du tout dernier voyage
Et de la mer.

 Blaise Cendrars

 

Partager cet article
Repost0
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 04:34

A St Petersbourg, on nous propose un petit tour dans differents lieux saints de la ville. L'occasion pour nous de mettre les pieds dans des batiments aux architectures inconnues.

Comment louper les nombreuses eglises orthodoxes, souvent pleines de couleur et aux coupoles dorees ? Je suis partagee entre la magie de se retrouer face a un batiment digne de contes feeriques et le cote kitsch de l'edifice. Il y en a pour tout les gouts, dommes etoilees, bleus, rouges, verts... Quitte a avoir le choix, j'opte pour l'integrale bois.

Avant de franchir le pas de la porte, Dmitry me previens "les femmes doivent garder le capuchon". Je saisis ses propos quelques secondes plus tard, lorsque je vois une femme retiree son foulard en sortant. Telle est la tradition, je couvre donc ma tete dans l'eglise. L'interieur aux allures de chalet spatieux est bien chaud. L'odeur des batons d'encens se mele aux essences de bois et de cire. Nous decouvrons le style des peintures orthodoxes, ou les visages des personnages sont souvent tres ronds et ou les enfants ont une tete d'adulte!   

 

003 : Cathedrale, St Petersbourg  021 : Cathedrale, aux alentours de St Petersbourg

 

Nous nous rendons egalement au temple boudhiste, le Datsan. Ici, la tradition est de se deplacer dans le sens des aiguilles d'une montre. Des fideles laissent de la nourriture dans le temple quelques jours pour la sacraliser. Ils prepareront ensuite un repas de fete. 

 

   048 : Temple boudhiste, St Petersbourg

 

Ensuite, nous passons devant la mosquee, cette fois impossible de visiter les lieux. En vain, nous continuons notre "pelerinage" dans une synagogue. Pendant les temps de prieres, les femmes s'installent a l'etage pour ne pas tenter les hommes (c'est bien connu!) qui restent au rez de chausse.


 031 : Mosquee, St Petersbourg  046 : Synagogue, St Petersbourg

 

Le plus difficile reste a imaginer tout ces lieux sacres pendant la periode communiste. Le culte etant interdit, ils furent requisitionnes comme bureaux, gymnases ou piscines.

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 04:36

A Saint Petersbourg, nous sommes heberges par un jeune couple Russes, Dmitry et Katerine, qui parlent Francais. C'est avec plaisir que nous suivons nos guides dans ce pays ou nous avons entendu toutes sortes d'histoires depuis le debut du voyage.

Pour la petite paranthese, la majorite des fois ou nous parlions de notre itineraire prevu, nous entendions que des "oh", "super", "great", "I think it's beautifull", mais lorsque nous parlions de la Russie, tout le monde s'accordait a dire un "be carrefull"! Pour ma part, comment ne pas debarquer avec une boule au ventre dans ce grand pays a la fois tres attirant?

 

Dima et Kat nous font donc decouvrir la belle ville de St Petersbourg. Ici, pas franchement de chocs culturels, mais certains faits nous interpellent. Ainsi, finie la courtoisie des pays scandinaves quand il s'agit de traverser la route. Les voitures roulent a 70km/h en ville et n'attendez pas que l'on vous laisse passer aux passages pietons! Face a notre etonnement, c'est avec un charmant accent que Dmitry nous dit "c'est normal, c'est la maniere russe".

Ajoutez a cela des panneaux de signalisation forts sympathiques et des klaxons partout, auant dire que je ne m'imagine pas conduire dans ce pays! C'est pourtant "normal, c'est la maniere russe"!

 

053 :

 

 

A Moscou, c'est egalement sport pour lire les panneaux publicitaires!

 

066 :

 

Comme nous l'imaginons, la maniere russe, c'est aussi du caviar dans les resto ou supermarches. On nous a d'ailleurs pose plusieurs fois la question si l'on preferait le noir ou le rouge, hum nous n'avons pas les memes valeurs! Par contre, a notre grande surprise, ca n'est pas tant d'invitations a partager la vodka que ca... rassurez vous, nous ne quitterons pas la Russie sans en avoir bu non plus!

 

Nous apprenons aussi que la maniere russe, c'est le systeme demerde/bricollage. Ainsi, pas de souci pour ne pas glisser sur le veglas, mettez du schotch double face sous vos chaussures!!!

 

Dans le registre moins rigolo, la maniere russe, c'est egalement nous faire passer pour de bons pigeons. Un soir a Moscou, nous rentrons chez nos hotes qui nous ont gentillement laisser leur clef. Lorsque nous arrivons devant la porte grillagee du couloir, un gros chien, un vieux mal commode ainsi que sa femme tout autant aimable nous disent quelques chose en russe. Evidemment, ils ne parlent pas un mot d'anglais. L'homme et le chien sont du meme cote que nous tandis que la femme se tient du cote des habitations. Yannick s'apprete a mettre la cle dans la cerrure quand ils nous aboient de nouveaux des propos incomprehensibles. La clef ne rentre pas, le vieux soviet s'en charge pour nous! Il tourne la clef dans tous les sens mais rien ne se passe. Nous comprenons rapidement que la porte est en fait bloquee depuis un moment... La bonne femme va chercher un tourne-vis pour essayer de debloquer la porte, sans succes. Elle va ensuite sonner a la porte de Lena, notre hote. Le vieux s'enerve, le cabot s'impatiente. La scene est plutot comique. Finalement, en bourinant un bon coup, la porte cede.

Ce que nous apprend Lena, c'est que sa voisine est venue la chercher en nous accusant d'avoir  CASSE LA PORTE! Oui oui, ca aussi c'est la maniere russe!

 

Et enfin, la Russie est blindee de flics, moi j'aime pas ca! Surtout lorsque nous sommes censes nous faire enregistrer au poste de police ou a un "hotel agremente par l'Etat" lorsque nous passons 3 nuits consecutives au meme endroit.. Apparemment de quoi perdre sa matinee avec de la paperasse, et perdre des sous pour se faire enregister aux hotels en question. C'est tellement plus rigolo d'avoir un petit coup de stress quand nous croisons de gros bonhommes en kaki avec une chapka sur la tete! Au pire, il nous demanderons un petit dessous-de-table pour arrondir leur fin de mois! C'est normal, c'est la maniere russe!

 

Et de jours en jours, nous continuons a decouvrir cette "maniere russe", voici par exemple un petit appercu du marche aujourd'hui.

 

099 : Marche, Irkutsk

 

Ca vous met en appetit? Peut etre plus de chance avec les fruits si bien ranges...

 

100 : Marche, Irkutsk

 

 

Et bien sur, vous noterez l'absence d'accent qui ne facilite pas la lecture... on fait avec les claviers du coin!

Partager cet article
Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 13:48

P1040900

 

 

 

 

 

 

 

 

   5 fevrier : Ca y est, on ne comprend plus rien!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

P1040899

 

009 : On n'y comprend rien

 

 

 

 

 

 

Ni la langue, ni l'alphabet...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et oui, nous sommes en Russie!!

 

005 : On n'y comprend rien...

 

Heureuseument certaines choses se devinent...

 

010 : Ou presque!

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Deux tortues en voyage
  • : Avec nos sac à dos comme des maisons de tortues et le temps d'être lents, nous nous lançons dans un voyage en direction de l'Inde. A travers l'Europe du Nord, la Russie, la Mongolie et quelques autres pays, voici nos photos et nos morceaux de récits (Yannick). Pour se déplacer, tous les moyens sont bons : à pied, en stop, en train, à cheval, en yack, en pédalo ou en luge..... tout est permis sauf l'AVION!!!! (Sophie).
  • Contact

En route...

Avec nos sac à dos comme des maisons de tortues et le temps d'être lents, nous nous lançons dans un voyage en direction de l'Inde. A travers l'Europe du Nord, la Russie, la Mongolie et quelques autres pays, voici nos photos et nos morceaux de récits (Yannick).
Pour se déplacer, tous les moyens sont bons : à pied, en stop, en train, à cheval, en yack, en pédalo ou en luge..... tout est permis sauf l'AVION!!!! (Sophie).

Recherche

Catégories